La philosophie avec les enfants

Source : Plaidoyer pour l'altruisme, la force de la bienveillance (2013)

«Dans le petit village de Tursac, en Dordogne, l'insituteur Claude Diologent a décidé de faire des ateliers de philosophie avec ses élèves du cours élémentaire. Trop compliqué ? Pas du tout. Les enfants adorent ça. Parfois, l'instituteur propose un thème, parfois les enfants choisissent une question qui les intéresse - le bonheur, l'honnêteté, l'équité, la gentillesse, etc. - et, avec l'aide de l'instituteur, discutent ensemble. Ils s'assoient en cercle et se passent l'un à l'autre un bâton de parole. L'enfant qui reçoit le bâton peut s'exprimer tranquillement sans être interrompu. Lorsque le bâton a fait le tour du cercle, un dialogue s'engage entre les enfants, guidé par l'instituteur. Tous les vendredis après-midi, les enfants se réunissent autour de celui qui est, pour un mois, le "président" de l'assemblée des enfants et ils discutent des problèmes survenus durant la semaine. Si, par exemple, un élève a insulté un camarade, le président lui demande pourquoi il a agi ainsi et s'il se rend compte qu'il a fait de la peine à quelqu'un. l'élève reconnaît volontier que c'est le cas, s'explique et présente des excuses, et l'autre lui pardonne.

De tels ateliers philosophiques destinés à de très jeunes élèves ont été mis en oeuvre  un peu partout dans le monde. Keith Topping, de l'université de Dundee, et Steve Trickey, psychologue scolaire, ont effectués une synthèse de dix études qui a mis en évidence une amélioration de la pensée créative, des aptitudes cognitives, de l'intelligence émotionnelle, du raisonnement logique, de la lecture, de l'aptitude aux mathématiques et de la confiance en soi. Au vu de ces résultats, Topping et Trickey se sont demandé pourquoi la philosophie avec les jeunes enfants n'étaient pas systématiquement intégrée dans l'éducation."