Gaëlle Espinosa 

« Il convient, nous semble-t-il, d'initier l'élève à un apprentissage d'un bien-vivre avec ses émotions (oser les éprouver, les déclarer, etc.). Or pour cela, l'enfant doit aussi être initié à un apprentissage de lui-même. (...) Cette connaissance de soi demande du temps : le temps de se découvrir et découvrir, par et pour l'élève, ce qui lui fait du bien. Mais, du temps, n'en avons-nous pas, tout compte fait, dans les dix ans de scolarisation que compte la France, ou les quinze ans de scolarisation qu'effectue la majorité des élèves français ? »

Armen Tarpinian

"Cet humanisme du XXI siècle ne peut résulter que d'une vraie transdisciplinarité dans notre appréhension de la réalité. Il s'agit en effet de relier ce qui est trop souvent disjoint : l'action dans le monde et l'action sur nous-mêmes. Le but premier de ces réflexions est de montrer tout ce que la psychologie et la culture psychothérapique peuvent apporter à la construction d'un art de vivre qui sache instaurer un équilibre entre l'individuel et le collectif : allier formation sociale et formation personnelle." 

Daniel Goleman

"La conception traditionnelle de l'intelligence néglige une part essentielle du comportement humain : les réactions émotionnelles. Le QI n'est pas le seul critère ; il existe une autre forme d'intelligence, l'intelligence émotionnelle, que l'on peut stimuler et développer dès l'enfance. Refuser d'écouter ses émotions peut entraîner une instabilité générale, alors que la maîtrise de soi, motivation, respect d'autrui sont autant de qualités pour réussir. Daniel Goleman nous invite à accepter nos émotions, pour développer une nouvelle forme d'intelligence."

Julie Tremblay

"Il y a, à la source du mal de vivre, une profonde division interne, un conflit intérieur qui peut se propager jusqu'à devenir un conflit avec la vie elle-même. J'étais morte, mais pas enterrée, et c'est la philosophie qui m'a ramenée à la vie. Comme une mère, elle m'a non seulement donné la vie en me donnant accès à ma vie intérieure par l'élargissement de ma conscience, mais elle m'a également appris à vivre, c'est-à-dire comment agir au mieux dans la vie quotidienne."

Edgar Morin 

"La pratique mentale de l'auto-examen permanent de soi est nécessaire, car la compréhension de nos propres faiblesses ou manques est la voie pour la compréhension de ceux d'autrui. Si nous découvrons que nous sommes tous des êtres faillibles, fragiles, insuffisants, carencés, alors nous pouvons découvrir que nous avons tous un besoin mutuel de compréhension. L'auto-examen critique nous permet de nous décentrer relativement par rapport à nous-mêmes, donc de reconnaître et juger notre égocentrisme. Il nous permet de ne pas nous poser en juges de toutes choses."

Maslow

"Au contraire de la plupart des psychologues, qui s'intéressent en priorité aux pathologies, Abraham Maslow a consacré sa vie à comprendre la santé mentale, l'accomplissement de soi, la plénitude. Ce livre, son dernier, est le sommet de son oeuvre. Il réunit les résultats de ses recherches et ses intuitions majeures sur les potentialités positives de la nature humaine. Elles le conduisent à s'interroger sur ce que signifie être "complètement humain". 

"Ce livre s'adresse à tous ceux et celles qui, de près ou de loin, s'intéressent aux droits et libertés des enfants. Il y est question des principes et des moyens qu'une approche éducative - la philosophie pour les enfants - met en œuvre afin de leur permettre d'apprendre à penser par et pour eux-mêmes. Tantôt pédagogiques, tantôt philosophiques, la plupart du temps les deux à la fois, tous les chapitres de ce livre présentent un ou des aspects d'une pratique de la philosophie avec les enfants qui, s'enracinant dans la longue histoire de l'éducation, se développe rapidement depuis une trentaine d'années, au point d'être présente maintenant sur tous les continents. Notre modernité, préoccupée des moyens qui peuvent favoriser un dialogue entre les peuples, semble avoir besoin d'instruments qui permettent d'éduquer les enfants (et les adultes) à l'ouverture, à la reconnaissance des différences et à la volonté de vivre paisiblement avec les incertitudes que ces différences peuvent engendrer."

"Ce livre raconte l'aventure extraordinaire que j'ai vécue avec des centaines d'enfants à travers le monde francophone, de Paris à Montréal, en passant par Molenbeek, Abidjan, Pézenas, Genève, Mouans-Sartoux, la Corse et la Guadeloupe. Pourquoi, en effet, attendre la classe de terminale pour aborder le questionnement des thèmes existentiels : l'amour, le respect, le bonheur, le sens de la vie, les émotions, etc. ? Les ateliers philosophiques que je mène montrent une étonnante capacité des enfants à penser. Au-delà des concepts, ils y apprennent les règles du débat d'idées et développent leur discernement et une réflexion personnelle. Parceque les enfants ont souvent du mal à se concentrer, je fais précéder les ateliers d'une courte méditation, ou pratique de l'attention, qui permet à chacun de retrouver sa réceptivité sensorielle et d'être présent dans l'instant."

Matthew Lipman (1922-2010) : philosophe, pédagogue, logicien et chercheur en éducation américain. Il est l'initiateur, le théoricien et le principal développeur de la philosophie pour les enfants.

"Au cours des douze années qui séparent cette édition de la première, l'auteur a élargi son approche. Si la pensée critique reste évidemment de la plus haute importance, elle ne suffit pas. Il convient de susciter tout autant la pensée créative ainsi que le goût de la réflexion. Cette nouvelle édition offre des méthodes permettant d' intégrer des expériences émotionnelles, des actes mentaux, des outils de la pensée, ainsi que l'identification des sophismes. Tout cela permet d'affiner le raisonnement et le jugement. On y trouvera aussi comment, par le biais d'une communauté de recherche, on parvient à réduire la violence dans les classes et à combler les lacunes en éducation d'enfants de milieux défavorisés."